Pecq - Page 3

  • Kèksékça ?

    Qu'est-ce qu'un Bloc mucilagineux à effet soustractif

    C'est excellent !!!!!! Lisez ce texte, vous allez vous régaler !!!....

    L’éducation nationale fait des progrès dans la transmission de la langue française !!!...
    « Bloc mucilagineux à effet soustractif »... cela veut dire quoi?

    Il est vrai que les femmes de ménage étaient devenues des « techniciennes de surface » et les aveugles des « non-voyants » (ben voyons), et les sourds depuis longtemps des malentendants…

    Poursuivre à la lettre nos nouveaux enseignements...

    Voilà qui devrait ravir les amoureux de la langue Française...

    Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, il ne s'agit pas d'une "évolution de la langue", mais de "prospective positive modernisée d'un mode de communication oral... !

    Déjà cet été, j’ai adoré les campings qui ne veulent plus qu’on les appelle campings parce que ça suscite instantanément dans l’esprit des gens l’image de Franck Dubosc en moule-boules ou de Roger et Ginette à l’apéro avec casquette Ricard et claquettes Adidas.

    Donc les professionnels de la branche demandent que l’on dise désormais « hôtellerie en plein air »…

    Ha, ha, ça change tout !!!

    J’ai aussi appris que je n’étais pas petite mais « de taille modeste » et qu’un nain était une « personne à verticalité contrariée ». Si, si !  

    Mais rendons à César ce qui lui appartient, l’empereur du genre reste le milieu scolaire et ses pédagos à gogo.

    J’étais déjà tombé de ma chaise pendant une soirée de parents quand la maîtresse a écrit sur le tableau que nos enfants allaient apprendre à manier « l’outil scripteur » au lieu de tenir un crayon.

    Je me suis habituée au fait que les rédactions sont des « productions écrites », les sorties en groupe des « sorties de cohésion » et les élèves en difficulté ou handicapés des «élèves à besoins éducatifs spécifiques».

     Mais cette année, sans discussion aucune, la palme est attribuée au Conseil supérieur des programmes en France et à sa réforme du collège.

    Z’êtes prêts ?.. Allons-y.  

    Donc, demain l’élève n’apprendra plus à écrire mais à « maitriser le geste graphomoteur et automatiser progressivement le tracé normé des lettres ».  

    Il n’y aura plus de dictée, mais une « vigilance orthographique ».

    Quand un élève aura un problème on tentera une « remédiation ».  

    Mais curieusement le meilleur est pour la gym… Oups pardon !!! pour l’EPS (Education physique et sportive).  

    Attention, on s’accroche : courir c’est « créer de la vitesse », nager en piscine c’est « se déplacer dans un milieu aquatique profond standardisé et traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête », et le badminton est une « activité duelle médiée par un volant ».

    Ah ! C’est du sportif,  j’avais prévenu !...

    Les précieuses ridicules de Molière, à côté, c’est de l’urine de jeune félidé (je n’ose pas dire du pipi de chat).  

    Alors, les amis, ne perdons pas ce merveilleux sens du burlesque et inventons une nouvelle catégorie : «la personne en cessation d’intelligence », autrement dit, le con.  

    Signé Martine Meunier, mère d’une élève. Ah ! non, re-pardon… Martine Meunier «génitrice d’une apprenante ».  

    Ben oui, un "outil scripturaire", c'est un stylo, un "référentiel bondissant", c'est un ballon, et, pour finir et revenir à l’objet de ce courriel,

    un "bloc mucilagineux à effet soustractif", c'est…

    une gomme !

    Je pense que les "zzzélites" qui ont inventé de telles conneries n’en resteront pas là avant d’être tous en hôpital psychiatrique pour, voyons, voyons…  Ah ! oui j’y suis : «une remédiation de cessation d’intelligence » …

  • Commémorations du 11 novembre 

    Ce 11 novembre 2019 eut lieu comme partout la commémoration de la guerre de 14-18. A cette occasion, l'échevine Françoise Vansaingèle nous a fourni un discours très fouillé et admirablement structuré rappelant les malheurs résultant de celle que nous avons appelé "La grande guerre". C'est avec plaisir que nous le rappelons aux personnes présentes et que nous tenons à le faire connaître à celles qui n'ont pu assister à la cérémonie du souvenir

     

    Mesdames, Messieurs, chacun en vos titres et fonctions,

    Chers enfants,

     

    Ce 11 novembre 2019, nous commémorons le 101ème anniversaire de la fin de la 1ère guerre mondiale, la guerre 14-18 appelée communément : « La grande guerre ».

    En 1914, lors de la mobilisation, ce ne fut pas facile pour les familles. Les hommes partaient à la guerre, quittaient leurs terres au moment des moissons et y laissaient femmes et enfants seuls… Ils pensaient partir pour un été… Hélas, la guerre durera 4 longues années.

    Le 11 novembre 1918, les Allemands, signent les conditions de l’armistice, l’arrêt des combats. A 11H00 les cloches se mettent à sonner. Le soir, Georges Clemenceau, le président français a eu cette phrase prémonitoire : « Nous avons gagné la guerre, et non sans peine. Maintenant, il va falloir gagner la paix et ce sera peut-être encore plus difficile » L’avenir lui donna malheureusement raison.

    Dans toutes les villes, dans tous les villages, on sort dehors, on s’embrasse, on chante, on danse même. Une énorme joie déferle sur la Belgique. Pour la population, c’est la fin d’une grande souffrance. Mais un autre fléau reste menaçant : depuis septembre 2018, une épidémie foudroyante de grippe, dite grippe espagnole ravage l’Europe. Elle fera beaucoup plus de victimes que la guerre.

    Le 28 juin 1919, après 8 mois de négociations, le traité de Versailles met définitivement fin à la Première Guerre Mondiale.

    Quand la guerre se termine, qu’un traité de paix est signé, les civils reprennent une vie complètement bouleversée.

    Je voudrais ce jour rendre hommage aux hommes, aux femmes, aux enfants et à la reprise du cours de leur vie entre 1918 et 1919, à cette année d’après-guerre, voici 100 ans…

    La guerre terminée, la démobilisation va durer presque une année. Pour beaucoup, le retour est difficile. Retrouver une famille, dormir dans un lit, reprendre une vie normale, oublier…  cela prend du temps.

    Cette guerre a fait des millions de morts : des soldats mais aussi des civils.

    Elle a aussi laissé des millions de blessés : amputés, gazés, aveugles ou gravement handicapés. Ceux qui ont une partie du visage arrachée par un éclat d’obus ou une balle sont surnommés  « les gueules cassées ».

    Et pendant ces 4 années de guerre, les femmes ont également changé de pratiques, d’habitudes et elles se sont adaptées à l’absence des hommes. Beaucoup d’entre elles pensent avoir acquis des droits. Mais la paix revenue, la femme doit laisser la place aux revenants et retourner s’occuper du foyer, comme il était de coutume à cette époque.

    De nombreuses femmes, toutes vêtues de noir, portent le deuil de leur mari ou de leur fiancé. Terrassées par la perte de leur compagnon, leurs conditions de vie sont difficiles. 

    Et elles ne sont pas les seules à souffrir. Des dizaines de milliers d’orphelins pleurent l’absence d’un père. L’Etat va prendre de nombreuses mesures visant à améliorer les conditions matérielles des veuves et des orphelins.

    Cette saignée va priver le pays d’un grand nombre de naissances et augmenter le nombre de jeunes filles qui ne vont pas trouver de mari, ce sont les « veuves blanches ».

    D’autres victimes,  souvent oubliées, sont les soldats emprisonnés dans des camps. Même si les conférences internationales ont défini leurs droits, les prisonniers vont connaître les mauvais traitements, les privations, les représailles, les punitions, la malnutrition et les épidémies. Mais le plus éprouvant restent la solitude et l’enfermement. A leur retour, ces hommes seront souvent peu considérés en comparaison des soldats qui se sont battus.

    Au niveau matériel, il faut reconstruire les nombreuses habitations détruites par les bombardements, il faut refaire les routes. La production agricole a baissé de 20 à 40% selon les régions.

    Et si l’on fait le bilan de la Grande Guerre ?

    C’est le plus grand désastre humain, matériel, économique et financier de l’histoire de l’humanité ! Après avoir dominé le monde pendant des siècles, l’Europe sort complètement épuisée de ce conflit.

    Ils croyaient tous fermement que ce serait la «première et la dernière ; et pourtant … une deuxième guerre mondiale ébranlera l’Europe de 1940 à 1945.

    Divers accord furent ensuite signés afin de collaborer ; chaque pays européen est d’accord : « Plus jamais ça ! » La guerre sévit toujours dans certaines régions du monde mais l’Europe est épargnée depuis 1945.

    Depuis 1901, chaque année, le prix Nobel de la paix est décerné par un comité suédois pour récompenser une personne ou une organisation oeuvrant pour la paix dans le monde.

    Ce n’est PAS qu’un titre honorifique, car cette distinction, très médiatisée, permet de faire connaitre à l’opinion publique internationale une action bénéfique pour la paix et la légitimer.

     

    Alors, si nous voulons la paix, préparons la paix….

    C’est ce à quoi nous collaborons tous aujourd’hui, et vous y contribuez de par votre présence dont je vous remercie !

     

    Des photos illustrant cet article paraîtront incessamment dans les prochaines éditions dans ce blog

     

    Et voici les différents discours prononcés par Pierre Vancoppernolle lors de la passation du Relais sacré et la présence au monument:

     

    Discours 7 novembre 2019 – RELAIS SACRE

    Au nom de la Section Locale des Anciens Combattants de Pecq,  je vous souhaite la bienvenue et vous adresse mes remerciements pour votre présence aujourd’hui.           

    La cérémonie se déroulera en 2 temps :

    1er à la Place pour le relais du flambeau suivi du départ en cortège, drapeaux en tête, vers le Monument aux Morts

    2ème discours des intervenants, dépôt de fleurs et Brabançonne

    1er temps : montrer le flambeau, qui sait quoi ? pourquoi ?

    La flamme sacrée

    Une flamme chauffe, réchauffe, éclaire, brûle, laisse des trace protège, guérit……….. le feu n’est pas une invention…..l’homme l’a découverte et a tout fait pour la garder………. La flamme est éternelle… comme doit être le souvenir de ceux qui se sont battus pour la liberté de notre pays …………………….c’est pour cela qu’elle est sacrée                                                      

    Le relais sacré

    Cette flamme du souvenir se transmet dans les mémoires de l’un à l’autre…… et lorsque qu’on transmet qqchose à qqun en lui demandant de poursuivre ce qui est fait, c’est transmettre le relais…. Comme dans une course où on transmet le témoin….. Le témoin ici c’est le flambeau qui se transmet d’année en année et qui sera conduit en cortège jusqu’au monument

    Je vais confier ce flambeau à une ou un jeune pour montrer que le souvenir de ceux qui se sont battus pour nous ne sera jamais oublié…..les enfants, vous êtes tous membres de cette équipe relais du souvenir et dans quelques années nous compterons sur vous pour continuer à ranimer et transmettre cette flamme du souvenir

    2ème temps : discours au Monument

    Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, en vos titres et qualités,

    Chers Enseignants,

    Chers Enfants,

     

    « Parfois, la victoire bouleverse autant que la défaite… ». Cette citation de Léon Blum (1er Ministre Français dans l’entre-deux guerres) exprime bien la différence entre la liesse populaire exprimée dans les rues le 11 novembre 1918 et le sentiment profond d’effroi qu’a connu cette même population durant quatre années.

    A-t-on réellement le droit de parler de victoire lorsque l’on sait que près d’un quart des hommes âgés de 18 à 35 ans sont morts durant ce conflit ? sans compter tous les civils connus et inconnus…

    Peut-on réellement parler de victoire en voyant tant de familles brisées ou anéanties

    Est-ce une victoire si l’on constate que les progrès technologiques de cette époque qui devaient nous amener vers le bonheur devenaient des outils de mort et de destruction redoutable. Tuer plus vite, plus loin, plus fort…

    On dit que la mort fait partie de la vie. Mais pas à 20 ans, pas à des centaines de kilomètres de sa ville, pas dans la boue, pas dans les tranchées !!

    Aujourd’hui, il n’y a plus de témoin pour raconter toutes les souffrances du soldat de la Grande Guerre. Personne ne peut imaginer la guerre des tranchées sans l’avoir faite. Comment ont-ils trouvé la force et le courage de tenir ? Quelles ressources ont-ils pu trouver pour affronter tant d’épreuves ?

    Répondre est bien évidemment impossible. Mais, je suis sûr que dans cette folie meurtrière, nos soldats nous construisaient un avenir qu’ils voulaient heureux. En d’autres mots, nos glorieux ancêtres étaient prêts à se sacrifier pour que les générations futures ne connaissent jamais ça. Ils portaient en eux l’espoir que ces générations tireraient les leçons du passé.

    Aujourd’hui, nous n’avons plus le droit de trahir leur confiance. Soyons dignes de nos aïeux et n’oublions jamais ce qu’il s’est passé. Votre présence aujourd’hui, 101 ans après, démontre bien  notre volonté de poursuivre la transmission du message.

    Si nous sommes des témoins lointains de ce conflit, tous ici présents, petits comme grands, nous sommes les acteurs du temps présent  Il s’agit de continuer à éduquer, à prévenir, à répéter sans cesse et partout que la guerre n’est en aucun cas une belle aventure. Ce devoir de mémoire est bien plus que symbolique …… c’est un espoir de paix

    En ce jour, envers et contre tout, je dis qu'il faut nous souvenir de cet espoir et tout faire pour continuer à combattre pour la Paix et la Liberté. Cet espoir est dans nos mains et surtout dans les mains et cœurs des enfants piliers de l’avenir du monde.

     

    Déjà quelques photos réalisées lors des différentes cérémonies:

    relais sacré et commémoration 2019 11 07 (5).JPG

    relais sacré et commémoration 2019 11 07 (6).jpg

    relais sacré et commémoration 2019 11 07 (7).JPG

    relais sacré et commémoration 2019 11 07 (1).JPG

    relais sacré et commémoration 2019 11 07 (2).JPG

    relais sacré et commémoration 2019 11 07 (4).JPG

     

     

     

     

    Edgar Déplechin
    Correspondant de presse
    edgar.deplechin@skynet.be
    069/55.67.07 ou 0496/85.80.64
    Blog TOURNAI: tournai.blogs.sudinfo.be
    BLOG PECQ: http://pecq.blogs.sudinfo.be

     

  • A LA UNE DE CE MARDI 12.11

    une (1).jpg

  • Nos anciens postes de radio

    https://youtu.be/lOypvBUwhi8

    © JP.C

  • Climatologie en octobre 2019

    2019-11-01 HERINNES  Observations climatologiques

     

    Températures :

     

    La plus élevée sous-abri : 22°7

    La moins élevée sous-abri : 0°8

    La plus basse au sol : -2°

    Moyenne des maxima : 15°6 (normale : 14°4)

    Moyenne des minima : 9°2 (normale : 6°5)

    Moyenne des mois : 12°4 (normale : 10°5)

     

    Précipitations :

     

    Nombre de jours de précipitations : 20 dont 0 non mesurables et 2 jours d’orage.

     

    En ce mois d’octobre, les précipitations furent très abondantes et les températures anormalement élevées.

    .

    Total : 102,8 l/m² (normales 77L/m²)

     

    Records pluviométriques des 31 dernières années :

    • OCTOBRE 1996 avec 39,4 lt/m²
    • OCTOBRE 2000 avec 129,6 lt/m²
  • APPEL

    Hier samedi, une personne s’est présentée au Floréal à Mont-Saint-Aubert afin de récupérer un anorak qu’il avait probablement oublié en ces lieux. Malheureusement la préposée lui a donné un anorak qui n’était pas le sien. Elle lui a donné mon propre anorak noir que j’avais oublié le 3 octobre lors du repas de la Confrérie des 5 Clochers. Puis-je prier cette personne de me contacter par téléphone afin de résoudre ce malentendu. Je la remercie d’avance.

     

    Voici mes coordonnées :

     

    Edgar Déplechin
    Correspondant de presse
    edgar.deplechin@skynet.be
    069/55.67.07 ou 0496/85.80.64
    Blog TOURNAI: tournai.blogs.sudinfo.be
    BLOG PECQ: http://pecq.blogs.sudinfo.be

  • OBIGIES - Quid du chemin derrière le château d’Obigies ?

    >
    André Demortier s’est inquiété de la disparition du sentier derrière le château d’Obigies. « À une époque, il y avait une barricade et de la terre. Maintenant, il y a une clôture. Ce châtelain pense que tout lui est permis. Il n’y a plus de connexion entre le chemin Dugardin et la rue Frayère. Il est donc plus qu’urgent d’intervenir ! ».
    La commune s’occupe du problème. « C’est en cours, notre avocat est sur le coup.On a discuté avec le propriétaire des lieux mais ça ne s’est pas bien passé. Ce qui se passe au niveau du sentier, ça ne nous a pas plu et on ne va
    pas en rester là ! », a répondu Aurélien Brabant

                                                                                                                        © CD

                                                                                            

  • Catteau- Demortier: quelles conséquences en tirer

     

     

     

    Catteau-Demortier.jpg

    Capture Catteau-Demortier 2..PNG

    Capture Catteau-Demortier 2.PNG

    Demortier 5.png

    Capture Demortier 9.PNG

    Voir la totalité de l'article dans le Nord Eclair de ce samedi 9 novembre

     

     

     

     

     

     

     

  • A LA UNE DE CE SAMEDI 09.11

    une.jpg

  • Gabrielle Petit

    https://youtu.be/-m2TGssHDe8

    © JP.C