Georges Rodenbach, de Tournai à Paris

Capture d’écran 2020-09-24 212347.jpg Du 1er octobre au 18 décembre 2020, la Ville de Tournai a le plaisir d’organiser, en collaboration avec les Archives de l’État, la Bibliothèque communale, le Musée des Beaux-Arts de Tournai, les Archives & Musée de la Littérature de Bruxelles et Monsieur Joël Goffin, une exposition temporaire, consacrée à l’œuvre de Georges Rodenbach, au sein des bâtiment des Archives de l’Etat. Né à Tournai en 1855, rue des Augustins, Georges Rodenbach est, de par sa mère, lié à de grandes familles de la ville picarde. Quant au côté paternel, il est issu d’une famille aristocratique, d’origine allemande. Georges Rodenbach passe son enfance à Gand où son père a été muté. Il fait de brillantes études au Collège Sainte-Barbe, où il rencontre Émile Verhaeren, et à la Faculté de droit de Gand, avant de s’installer à Bruxelles. Délaissant le barreau, il anime la revue La Jeune Belgique, dont il est l’écrivain le plus doué. Il fait éditer quelques recueils à Paris et attire l’attention des lettrés. Correspondant du Journal de Bruxelles, il s’installe définitivement à Paris, en 1888. Quatre ans plus tard, il publie son roman, le premier à être illustré, Bruges-la-Morte, d’abord sous forme de feuilleton dans le Figaro, puis en volume chez Flammarion. C’est le chef-d’œuvre du symbolisme qui inspirera d’ailleurs Vertigo, le célèbre film d’Hitchcock. Le récit, dont Bruges est le personnage principal, amorce la renommée touristique de la ville. Entretemps, il se lie d’amitié avec Mallarmé, les frères Goncourt, Mirbeau, Cézanne, Monet, Proust, etc. et écrit de brillantes chroniques dans plusieurs journaux dont le Figaro. En 1894, il est le premier auteur belge à voir une de ses œuvres, Le Voile, jouée à la Comédie Française. Parallèlement, il publie plusieurs recueils qui en font une valeur sûre du symbolisme. Son autre grand roman, Le Carillonneur (1897), défend la cause de la restauration des monuments brugeois contre les modernistes. Rodenbach meurt d’une appendicite le jour de Noël 1898, alors qu’il avait 43 ans. Il est inhumé au Père-Lachaise, à Paris. L’exposition permettra de découvrir le manuscrit restauré de Bruges-la-Morte, des documents et éditions bibliophiles, le mobilier hérité de son grand-père, des portraits du poète et des toiles de maître. Le tout rehaussé d’anecdotes littéraires. Exposition temporaire accessible gratuitement, uniquement sur réservation les mardis, mercredis et jeudis, de 9h à 16h. Rue des Augustins 20 à 7500 Tournai.

 

LA VILLE DE TOURNAI PRÉSENTE GEORGES RODENBACH, DETOURNAI ÀPARIS EN COLLABORATION AVEC LES ARCHIVES DE L'ETAT, LA BIBLIOTHÈQUE COMMUNALE, LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE TOURNAI, LES AML ET MONSIEUR JOËL GOFFIN. Accès gratuit, uniquement sur réservation les mardis, mercredis et jeudis, de 9h à 16h. archives.tournai@arch.be - 069 22 53 76 Port du masque obligatoire EXPOSITION TEMPORAIRE Du 01.10 au 18.12.2020 Archives de l’Etat 20 rue des Augustins 7500 Tournai LA BIBLIOTHÈQUE DE TOURNAI PRÉSENTE ATELIERD'ÉCRITURE 'SOUVIENS-TOIDE MOI' DANSLECADREDE L'EXPOSITIONTEMPORAIRE 'GEORGESRODENBACH, DETOURNAIÀPARIS' ACCESSIBLEDU01.10AU18.12.2020 SUR BASE DE L’EXPOSITION ET DE LA LECTURE D’EXTRAITS DE « BRUGES-LA-MORTE » DE G. RODENBACH, UN TRAVAIL DE MÉMOIRE SUR UN PROCHE SERA RÉALISÉ PAR LES PARTICIPANTS, LES TEXTES PRODUITS SERONT DÉVELOPPÉS À L’AIDE DE JEUX LITTÉRAIRES ET DES PHOTOS ET/OU OBJETS SYMBOLIQUES ÉVOQUANT LE DISPARU. samedis 10 et 31 octobre 2020 de 10h à 12h Archives de l’Etat 20 rue des Augustins 7500 Tournai Info et inscription obligatoire par courriel à bibliotheque@tournai.be Condition : participer aux 2 ateliers Port du masque obligatoire

Les commentaires sont fermés.