• Le deuil jadis


    Les veuves portaient le noir intégral durant une année entière.
    Les enfants portaient un brassard noir.
    On pendait un crêpe noir à la porte de la maison. Bleu-clair et blanc pour un jeune enfant. On les inhumait à droite en entrant dans les cimetières et leurs sépultures n’étaient jamais enlevées.
    On recevait du facteur une enveloppe bordée de noir annonçant ainsi le décès d’un membre de la famille.
    Le curé accourait en soutane avec deux enfants de Chœur en tenue rouge et blanche pour donner la bénédiction au défunt à l’aide du goupillon et du seau d’eau bénite.
    Bien des choses ont changé depuis! © JP.C

    Ci-dessous, factures datant de 1946 (recueillies par Jean-Paul Kain)

    DEUIL 4 copie.jpg

     

  • A LA UNE DE CE DIMANCHE 03.11

    une (1).jpg

  • OBIGIES - LA RESISTANCE 3

    Obigies 1940 4-4 Partie 4 Vaillant 88_Page_3 copie.png

    A suivre

  • Le deuil jadis

    Les veuves portaient le noir intégral durant une année entière.
    Les enfants portaient un brassard noir.
    On pendait un crêpe noir à la porte de la maison. Bleu-clair et blanc pour un jeune enfant. On les inhumait à droite en entrant dans les cimetières et leurs sépultures n’étaient jamais enlevées.
    On recevait du facteur une enveloppe bordée de noir annonçant ainsi le décès d’un membre de la famille.
    Le curé accourait en soutane avec deux enfants de Chœur en tenue rouge et blanche pour donner la bénédiction au défunt à l’aide du goupillon et du seau d’eau bénite.
    Bien des choses ont changé depuis!

  • La fête des défunts

    Depuis des lustres, de très nombreuses personnes se rendent au cimetière le jour de la Toussaint afin d'honorer leurs proches disparus par un dépôt de fleurs. Or, le 1er novembre, la Toussaint, c'est la fête de tous les saints et non pas la fête des défunts qui se célèbre le lendemain 2 novembre et qui, aujourd'hui, est quelque peu tombée en désuétude. Mais ce n'est pas l'abstention qui règne dans tous les pays. Jean-Luc Dubart s'est penché sur cette célébration et nous écrit:

    Chrysanthèmes et pomponnettes sont symbole de vie et d'immortalité. On les place sur les tombes. Au Guatémala, des cerfs-volants ronds flottent ce jour-là dans le ciel. En Suède, c'est un sapin qui orne les tombes car il témoigne aussi de la pérennité (il demeure toujours vert, même en hiver).

    La cérémonie du retournement des tombes à Madagascar est joyeuse. Elle marque le retour des morts sur la terre.  Oui, là-bas, les ossements du défunt momifié sont nettoyés et enveloppés dans des linges blancs !

    AJOUT: au Mexique les cimetières se transforment en piste de danse géante, les tombes en comptoirs improvisés le tout tapissé de Cempasuchil (fleur de la mort) tout en faisant le bisou à une Catrina, un personnage issu du folklore mexicain.

    Bref historique: Célébré le 2 novembre, le jour des morts suit directement la Toussaint, mais a été créé plus tard, en 998. Le monastère bénédictin de Cluny avait alors instauré la commémoration de tous les défunts, et non pas seulement des martyrs. C’est au XIIIe siècle que l’Eglise a inscrit ce jour dans son calendrier universel. 

  • OBIGIES - LA RESISTANCE 2

    Obigies 1940 4-4 Partie 4 Vaillant 88_Page_2.png

  • A la une de ce samedi 02.11

    une (1).jpg

  • Obigies - La Résistance 1

    Obigies guerre Vincent 1.png

    A suivre

  • A LA UNE DE CE JEUDI 31.10

    une (2).jpg