A la manière de Victor Hugo, Claude Delonville a écrit :

 Claude Delonville 2 copie.jpg

 

Naïf’té

 

 Liminaire

 

Ch’t’ein feimme qui d’mande à s’n’heomme

Dis’me Victor, quoi c’que ch’est que t’préféreos comme feimme

Eine feime très belle ou eine feimme très intelligente

Et Victor i répeond : Bé ni l’eine, ni l’eaute sait’

 m’chérie, puisque ch’est ti qu’j’ai marié

A vos meote, est-c’ qu’on peut app’ler cha de l’naïfté ? Je n’sais po !

Pourtant « L’naïfté » cha existe !

 

Et voici l’histoire en alexandrins

 

Ch’ t’ ein’ histoir’ qui qu’ minch’ bin  qui n’ finit pos treop mal !

D’ a qu’ cha leuz’ arriv’reot, eh bé, cha s’ reot normal I

I-est huit heur’s du soir et in face de la gare

D’ Tournai, naturell’minte ! Michel feume ein cigare

Feaut savoir que l’ Michel i-attind ed’ dins s’ taxi

Après s’ prumier client d’ pus six heures ed’ mi !

S’ disant : << Pourquoi qu’ ch’ est mi qu’on met toudis d’ service

Ln juillet, l‘ bord du soir, qu’ te n’ veos pos ein jocrisse ?

Et quand j’ pins’ qu’ à maseon m’ feimm’ va aller à s’ lit

Qu’ je n’ pourrai pos saquer s’ petit’ quémich’ de nuit I

I n’ saqu’ra rien ! Ch’est li qu’on vient saquer de s” rêfe !

l-a justemint  quéqu’eín qui li d’mand’, d’ein’ veox brèfe ,

<< Vous n’ sariez pos m’ mener ru’ des Cocus à V’laines >>

<< Si fait >› qu’i dit Michel in ouvrant .._ des yeux d’ glaine !

Pasque meont’ tout près d” li  ein’ fill’.. mais d’ ein’ bieauté !

A fair’ ruer l’habit à n’ ein moin’ tonsuré I

Si l’air i manqu’ d’fraîcheur, ses yeux i-eont de l’ caleur

A deg’ler de l’ saucisse ed’ dins l’congélateur !

S’bllous' s’ouvre ein’ miett’ quand ell’ veut mette es’ chinture ,

Vingt neoms, qu’i  s’dit Michel, cha ch’est des pneus d’ voiture !

Ell’ croise ses gamp’s, s’ robe ormeont’  ch’ est naturel

Li, i-a manqué d’ rintrer dins l’bas du peont Morel !

Ch’ t’in fac’ du Sacré-Cœur que d’ein’ façeon subite

V’ là qu’ell’ li d’mant’ comm’ cha, d’ein petit’ veox timite ,

<< Si cha n’vous derinch’ pos, j’sais bin qu’ ch’ est pos l’quemin ,

Vous n’ sariez pos m’ mett’ tout près du cim’tièr’ d’ Warchin ? »

<< Si fait ! >> répeond  Michel  in s’disant in li-même

Et  j’ te mettreos avec, si t’ voudreos, m’ clnysanthème I

Quand il’ veyeot marcher vers el gardin des morts ,

Bé dins s’ mareonn, s’ petit frèr’ n’ feseot pos l’ croqu’-mort !

Elle a té ein quart-d’heur’  pindant qu’ li, tout rêveur ,

Mais pos seot, i-a toudis laiché tourner l’ queompteur !

Quand elle a orvenu, ch’ est presque à bout d’haleine

Qu’ ell’ li a dit : << Asteur, on peut aller s’ qu’à V’laines ! >›

Ell’ croise ses gamp’s, s’ robe ormeont’ . . .acore ein’ feos !

I-a ravalé trois lit’s de salif’ d’ein seul queop !

Près du calvaire à Mell’s, ell’ crois’ d’ nouvieau ses gampes

I-a raté ein cyclisse…  in f’sant ein’ riche escampe !

Mais, vlà qu’à V’lain’s, i z’eont fini par arriver :

Comme i-a là des pavés, l’ jup’ s'a cor ormeonté !

Ell’ lí expliqu’ l’ quemín, à geauche et puis à droite

Tout l’ meont’ sait que l’ ru” des cocus n’est pos étroite !

Be ch’est là, qu’ell’ li fait, j’habite au soixanf neuf !

Ahais ! et t’as de l’sanch’ que mi je n’sus pos veuf !

Bé, qu’i fait, ch’est cheonq chint francs tout reond et tout d’eine

Ave l’ veox d’ein qu’i-areot pierdu hier s’ quinzaine !

Ell’ li répeond, avec  ein sourir’ de Joconte ,

<< Attindez ein’ mínuf, savez, j’ d’ai pou deux s’queontes ! ››

Ell’ cach’ dins s’ sac  Dieu sait si i-a là du fourbi !

Ein foulard, des mouchoirs, deux trois vieux bigoudis ,

Quat’ bics, de l’ pout’ de riz, chinq tub’s de rouche à lefes ,

Des pilules  pour la toux  et d’z’eaut’s pou les fièfes !

Elle ortourne tout  mais seul’mint, ell’ ne trouef rien !

Elle a biau cacher  rien !  pos l’eomb’ d’ein fifrelin !

Píndant qu’ li, min’ de rien, toudis là sans rien dire,

I-attindeot  mais, tout d’même avé ein p’tit sourire I

Puis, àla fin, ell’ li dit : << J’sus chi désolé,

Savez, ch’est imbêtant, je n’ sais pos vous payer l

Ch’est rien, qui fait Michel, j’veos ein’ petit’ ruelle ,

Dusque ch’est qu’sus l’coín i-a marqué - Popuelles -

Certain’mint, qu’à c’t’ heur’ chi, i n’ pa-ss’ra pus personne ,

ln fsant simblant de rien, vous saqu’rez vo mareonne

Et comm’ cha I Ouais, seul’mínt, qu’ell’ dit, in rougissant ,

Ch’est au Trois Suiss’s que j’ les acat’  trois pou chint francs !

Mai 2000

Delonville Claude.

RCCWT

Copyright

Les commentaires sont fermés.