2015-10-08-ET L'ECOLE DEVIENT CIRQUE

 Le cirque Georget s’installe à Pecq pour deux semaines.

 

Le cirque Georget, cirque pédagogique ambulant, sillonne chaque automne les écoles de Wallonie picarde. Il s’est arrêté à Pecq pour deux semaines. 240 élèves de maternelle et primaire y découvrent les arts circassiens.

Drôle d’ambiance à l’école SaintMartin de Pecq. Les cahiers et cartables sont remplacés par des cerceaux et balles de jonglerie. Les exercices de math se transforment en sauts à trampoline et le plus incroyable : un chapiteau de cirque est dressé dans la cour de récréation ! Mais que se passe-til? C’est le cirque Georget qui a dé- barqué dans l’école pour deux semaines : «Nous venons de Touraine en France. Nous sommes artistes de cirque et animateurs pédagogiques», explique Hervé. «Notre équipe de dix moniteurs fait découvrir le cirque aux enfants. Ils ne sont plus simples spectateurs, ils apprennent l’équilibre, le trapèze, le hula-hoop, les techniques de jonglerie, etc. Nous créons un spectacle avec eux que les parents découvriront en fin de semaine». C’est la première fois que le cirque Georget s’arrête dans les écoles libres de Pecq. «Je connais le cirque depuis longtemps et je voulais vraiment l’amener chez nous. On a saisi l’opportunité pour cette année», explique Simon Stéphane, le directeur. Ses deux implantations sont concernées: cette semaine les maternelles de l’école Saint-Martin et tous les élèves de l’école Sainte-Aldegonde d’Hérinnes participent à cette expérience de cirque. La semaine prochaine, ce sera au tour des primaires de Saint-Martin. Amener le cirque Georget au sein de son école a un certain coût : les établissements scolaires pecquois ont pu compter sur le soutien de l’association de parents et du comités des fêtes dans leur projet.«Et puis cette «classe de cirque» remplace nos traditionnelles classes vertes, de ville ou sportives. Les enfants sont enchantés et les parents sont aussi très positifs», ajoute le directeur. Les institutrices, attentives aux progrès de leurs élèves, se réjouissent également : « C’est une semaine surprenante. Les enfants se retrouvent dans un cadre féerique et magique. C’est une école de vie, certains pensent ne pas être capables et puis avec l’entraînement ils y arrivent. C’est chouette parce que nos élèves qui sont moins «scolaires» se mettent en évidence à leur tour», témoignent-elles. Vendredi et samedi soir, les parents pourront apprécier les talents de leurs petits clowns, équilibristes ou même tout nouveaux jongleurs.

                                        Article de   Bérénice Vanneste (Nord Eclair)

Les commentaires sont fermés.