UNE ECRIVAINE DE TALENT

HERINNES – Une écrivaine de talent

 

Même abolies depuis 1993 entre les pays de l’Union Européenne, les frontières fascinent encore.  On pense immédiatement, bien sûr, au film à succès de Dany Boon.  Mais il n’est pas le seul à s’y être intéressé.  Depuis plusieurs années déjà, l’Hérinnoise Josette Lambreth collecte de ci de là, de part et d’autre de la frontière franco-belge, des anecdotes de petite fraude au temps passé.  Sur base des récits confiés, elle rédige des nouvelles, brodant autour des faits mais respectant le fond.  Nous lui avons demandé comment elle en était arrivée à se passionner pour le sujet. 

 

fraudeurs

 

 

Avait-elle fraudé elle-même dans sa jeunesse ?

 

« Non, répond-elle, c’est par le plus grand des hasards.  Pour écrire « Cinq pages… », mon roman-documentaire sur la vie des campagnes tournaisiennes vers 1900, j’ai dû me documenter beaucoup.  Dans les bibliothèques, on me conseillait certains livres.  C’est ainsi qu’à Estaimpuis, on m’a proposé un ouvrage sur la grande fraude, avec bandes organisées, chiens etc.  J’ai trouvé ce recueil passionnant.  Sur la petite fraude, celle de tous les jours, il n’y avait presque rien.  Je ne voulais pas rester sur ma faim, alors j’ai pris mon bâton de pèlerin et je suis partie à la recherche de renseignements.  J’ai visité des musées consacrés à la douane en tout ou en partie tels que Mouscron, Tournai et Abeele en Belgique, Godewaersvelde, Mortagne, Hestrud, Leers, Wattrelos, Rumegies et même Bordeaux en France. J’ai aussi contacté des historiens locaux, interviewé des gens, anciens acteurs ou témoins de cette fraude, pour recueillir leurs confidences. Le bouche à oreille, lent au début car les gens se méfiaient, a fini par bien fonctionner.  J’ai choisi les histoires amusantes, laissant de côté les autres.  Au départ, je pensais arriver péniblement à rédiger un seul livre d’une quinzaine de nouvelles. »

 

-         Et le troisième est en vue… ?

-          

-         Oui.  «  A la frontière » est sorti de chez Chloé des Lys en 2010, « Halte à la douane » en novembre dernier.  Je planche en ce moment sur le dernier, dont le titre n’est pas encore défini.  Sans le film « Rien à déclarer ? », mon troisième titre était tout trouvé.  Mais vu que Dany Boon l’a choisi, je vais devoir imaginer autre chose ».

-          

-         Et les illustrations de couverture ?

-          

-         Sur «  A la frontière » figure une lampe typique conservée au café-musée d’Hestrud, dans l’Avesnois.  Sur « Halte à la douane », c’est la sculpture du « douanier assis » de l’ancienne aubette de Rumegies, œuvre d’Erik Dupon réalisée pour l’exposition « Il était une fois la frontière à Rumegies » de 2007, que j’ai pu insérer avec l’aimable autorisation du sculpteur, de Marc Debersée, l’initiateur du projet, et de la mairie.  Pour le livre à venir, je n’ai encore aucune idée. »

 

Josette Lambreth à court d’idées, c’est plutôt étonnant.  Car l’écrivaine a plus d’un tour dans son sac.  Auteur  de poésies, de nouvelles, d’un roman, de monologues  en vers picard-français et de « dictionnaires » du patois d’Hérinnes en collaboration avec son papa Edouard, elle s’est aussi penchée sur l’historique de la Fanfare l’Union/Brass Band d’Hérinnes qui fêtait ses 150 ans en mai dernier.  Tout ce travail d’écriture, couronné de nombreux prix en Belgique et surtout dans la France entière, vient d’être reconnu à son tour par la Commune de Pecq, qui lui a décerné son mérite culturel 2011.

« L’écriture  est un virus dont on ne se défait jamais quand on l’a attrapé » nous a-t-elle dit un jour.  La diversité de ses écrits n’a d’égal que son talent.  Ses œuvres reçoivent depuis le début un accueil enthousiaste.  Gageons que le troisième recueil sur la douane qui paraîtra bientôt ne fera pas exception à la règle !

Pour contacter Josette Lambreth, 069/557512 ou josette.lambreth@hotmail.be

Les commentaires sont fermés.