Pecq - Page 3

  • Véronique Lambert vous convie

    DSC_4358.JPG

    Représentation théâtrale par des professionnels (dont mon frère 

  • QUE RESTERA-T-IL DE TOI

    Il restera de toi…
    Il restera de toi ce que tu as donné.
    Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.
    Il restera de toi de ton jardin secret,
    Une fleur oubliée qui ne s’est pas fanée.
    Ce que tu as donné, en d’autres fleurira.
    Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.
    Il restera de toi ce que tu as offert
    Entre les bras ouverts un matin au soleil.
    Il restera de toi ce que tu as perdu
    Que tu as attendu plus loin que les réveils,
    Ce que tu as souffert, en d’autres revivra.
    Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.
    Il restera de toi une larme tombée,
    Un sourire germé sur les yeux de ton coeur.
    Il restera de toi ce que tu as semé
    Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.
    Ce que tu as semé, en d’autres germera.
    Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.

  • La pensée du jour

    Considère celui qui te fait voir tes défauts comme s'il te montrait un trésor -
    Bouddha

  • IRM DE CE VENDREDI 19.01

    Prévisions pour aujourd'hui et cette nuit

    Aujourd'hui vendredi, le temps est d'abord sec avec des éclaircies. Les nuages se reforment en cours de journée et quelques averses éclatent par endroits. Un coup de tonnerre n'est pas exclu. De plus, quelques averses hivernales se produiront au sud du sillon Sambre et Meuse. Temps frais avec des maxima de 0 ou 1 degré sur les hauts plateaux de l'Ardenne à 5 ou 6 degrés dans la plupart des autres régions. Vent modéré d'ouest à sud-ouest, le long du littoral parfois assez fort. 


    La nuit prochaine, la situation évoluera peu. Quelques averses hivernales pourront encore se produire sur l'ensemble du territoire. La tendance aux averses sera plus marquée sur le sud du pays avec des chutes de neige en Ardenne. Minima de -3 à +3 degrés avec un vent modéré de sud-ouest

  • A LA UNE DE CE VENDREDI 19.01

    une.jpg

  • Les voeux du groupe GO

     C'est demain le 19 janvier 2018

     

    Les voeux du groupe GO

     

    voeux Go.jpg

    Voeux du bourgmestre de Pecq.jpg

  • Tournai jazz festival

    Chose promise, chose due !

    Avec le sold out pour Stacey Kent et donc l'impossibilité pour nous de vous proposer nos full pass samedi, nous mettons en vente dès aujourd'hui un nouveau pass :

    40 euros pour 3 concerts!!!
    Avec inclus: Rodha Scott - Didier Lockwood et Eric Legnini !! .

    Attention, nous ne pouvons en mettre en vente que quelques dizaines !!! il faut donc se dépêcher ...

    Pour réserver c'est par ici :http://billetterie.maisonculturetournai.com/abonnement_gril…

     
    L’image contient peut-être : texte
  • Réunion de la zone de secours

    DSC_4740 copie.jpg

    Réunis sous la bannière de "Zone de secours", l'ensemble du corps des sapeurs pompiers se sont retrouvés dans la salle de spectacle de Saint-Luc Froyennes pour écouter les directives de leur commandant Olivier Lowagie, président du Conseil de zone et de celles de Paul-Olivier Delannois, président de la zone de secours de Wallonie Picarde. La mauvaise acoustique des lieux nous donne l'occasion de vous faire part des deux discours prononcés à cette occasion de façon que chacun puisse en prendre connaissance à tête reposée.

     

    Discours d'Olivier Lowagie 

    DSC_4708 copie.jpg

     

    Monsieur le président,

    Madame et Messieurs les bourgmestres,

    Chers collègues pompiers, ambulanciers et agents administratifs et techniques de la zone de secours,

    Mesdames, Messieurs,

     

    DSC_4710 copie.jpg

    Je suis très heureux de vous voir si nombreux ce soir et d'être à vos côtés pour célébrer cette nouvelle année 2018.

    Cette cérémonie des vœux est un moment privilégié de rencontres et d'échanges. Je tiens beaucoup à ces instants de convivialité. Nous les voulons à l’image de notre zone de secours : simples, efficaces et agréables.

    Permettez-moi, dès maintenant, de souhaiter à chacune et à chacun d'entre vous, mes meilleurs vœux pour cette année 2018. Des vœux de santé, de bonheur et de réussite, sur le plan professionnel bien sûr mais surtout sur le plan privé. c'est à vous mais également à vos proches et tous ceux qui vous sont chers que j’adresse ces vœux.

     

    Avant tout, je tiens à remercier les membres des amicales d’Ath, Estaimpuis et Tournai qui vont assurer l’intendance et le service de la soirée.

    La cérémonie des vœux est évidemment le moment privilégié pour se tourner vers le futur et pour exprimer les bonnes résolutions pour les 12 mois à venir.

    Il ne m’est cependant pas possible de passer sous silence la disparition tragique de notre vice-président Alfred Gadenne, bourgmestre de Mouscron. Depuis le passage en zone et déjà bien avant lors de la PZO, il a été un des membres les plus actifs des collèges et conseils de zone. Il était d’ailleurs le seul bourgmestre à épauler notre président à toutes les réunions syndicales. Son implication totale, comme celle d’autres bourgmestres d’ailleurs, a permis d’enclencher la dynamique d’optimalisation des fonctionnements de la zone. Cette dynamique permet d’entrevoir l’avenir de la sécurité de la population et des intervenants avec le plus grand optimisme. Son action bienveillante aura écrit une page importante de l’histoire de notre zone de secours.

    C’est également avec une pensée très émue que je salue la mémoire du Sergent André Vanwynsberghe du poste de Tournai, du sapeur Johan Coupez du poste de Leuze et du caporal Dany Derudder du poste de Comines. Tout trois nous ont malheureusement quittés l’an dernier.

     

    DSC_4711 copie.jpg

     

    Chers collègues,

    2018 s’inscrira dans la continuité de 2017. En effet, les mesures d’optimalisation décidée par le conseil de zone en décembre 2015 continueront à se mettre en place. Je me réjouis d’ailleurs de pouvoir disposer du financement nécessaire au bon fonctionnement de la zone de secours. Le budget a été voté en décembre dernier à l’unanimité des  17 bourgmestres présents sur les 19 que comptent la zone de secours. Cet acte politique important symbolise la confiance que nos responsables politiques nous portent. Pour cette confiance, je tiens très sincèrement à les remercier. Il est donc de notre devoir d’en être dignes et de démontrer que nous avons les capacités de mener la zone de secours vers un établissement public qualitatif, efficient, reconnu et fiable.

     

    L’évolution positive de notre zone de secours ne peut se faire sans le talent de chacun d’entre vous. Que vous soyez ambulancier, pompier, agent administratif ou technique, membre de la ligne hiérarchique, représentant syndical ou représentant des volontaires, chacun d’entre vous est un maillon essentiel de la chaîne.

    C’est ensemble et en coopérant, chacun à son niveau de compétences et de responsabilités que nous parvenons à rendre le service que la population de Wallonie picarde est en droit d’attendre.

     

    Pour qu’elle soit pérenne, il est primordial que la coopération se développe dans le respect mutuel et la tolérance des différences. C’est d’ailleurs dans cet état d’esprit que se déroulent les comités de négociation et concertation syndicale depuis plusieurs mois. Cette atmosphère est le reflet de l’esprit de la zone.

    Je tiens donc à remercier les organisations syndicales pour leur collaboration constructive actuelle. J’exprime d’ailleurs une gratitude particulière à ceux qui ont su être patients et qui ont eu l’intelligence, tout en restant vigilants, de croire en l’avenir de la zone. Une zone soucieuse au quotidien du bien-être et de la sécurité de l’ensemble des agents. Ils ont compris que la dialogue social est primordial et qu’il se construit au quotidien et non par de la diffamation gratuite dans la presse.

     

    La zone de secours de Wallonie picarde grandit et grandit bien. Il est cependant interdit de nous reposer sur nos lauriers. Nous devons impérativement continuer à évoluer dans tous les domaines. C’est d’ailleurs le programme qui nous attend pour cette année.

     

    Au niveau des infrastructures, l’élaboration des dossiers de constructions des nouvelles casernes évolue. Il est impératif qu’elles correspondent aux réels besoins du terrain. C’est la raison pour laquelle certains d’entre vous sont associés à l’étude par le biais du groupe de travail « vie quotidienne dans les nouvelles casernes » et que d’autres seront impliqués en fonction de leurs compétences spécifiques tout au long du processus. Bien que les nouvelles implantations doivent répondre aux réalités opérationnelles et être durables, il est primordial que ces projets de construction soient financièrement maîtrisés. Nous devons donc pour cela faire preuve de créativité, d’innovation et de rationalité. C’est le défi que nous nous sommes fixés et je suis convaincu qu’avec la collaboration étroite et positive que nous entretenons avec Ipalle qui assure l’assistance de la maîtrise d’ouvrage des projets, nous y parviendrons.

     

    En ce qui concerne le matériel roulant, une autopompe, un camion citerne, deux minibus de transport, deux estafettes, six ambulances, un véhicule poste de commandement,  seront commandés ou livrés dans le courant de l’année.

     

    De plus, Le développement du dispatching zonal se poursuivra. Une formation spécifique pour les dispatchers sera dispensée. Outre le perfectionnement au soutien de la gestion des opérations, la formation prévoira également les procédures d’informations aux autorités et à la presse.

     

    Par ailleurs, le département exécution mettra sur pied une méthode structurée pour la gestion opérationnelle et le commandant. Elle deviendra l’épine dorsale de nos interventions. L’ensemble de la ligne hiérarchique y sera donc formé.

     

    Pour ce qui est de la prévention incendie, nous avons augmenté le nombre de techniciens en prévention incendie et l’augmenterons encore. En effet, plusieurs agents ont suivi le brevet de premier niveau de prévention incendie. Leur renfort dans les équipes permettra de réduire les délais de traitement des dossiers. Cela est essentiel car la zone de secours ne peut et ne veut en aucun cas être un frein au développement économique de la région. Elle souhaite plutôt s’inscrire comme un partenaire fort des exploitants des commerces et industries de Wallonie picarde.

     

    L’organisation opérationnelle risque de subir des modifications au niveau de l’Aide Médicale Urgente. En effet, une réforme de l’AMU est menée par la ministre de la santé publique. C’est donc elle qui déterminera le nombre de départs ambulances subsidiés sur le territoire et qui déterminera la localisation des départs avec pour objectif de couvrir le territoire dans les 15 minutes dans 90 % des cas. Nous resterons évidemment attentifs à ce que cette réforme garantisse une couverture suffisante de notre territoire.

     

    Ces derniers mois, la réorganisation de la zone de secours a injustement été décriée que ce soit tant au niveau du financement que de son organisation.

     

    Les propos de ces détracteurs handicapent la stabilité de notre établissement public. Il est grand temps d’amener de la sérénité dans les débats. Il est à mon sens plus judicieux, d’oser regarder dans le rétroviseur afin de se rendre compte du chemin parcouru depuis le passage en zone.

     

    DSC_4711 copie.jpg

    En effet, Les agents de la zone de secours ont assuré en 2017 21590 interventions ambulance et 7335 interventions pompiers dont 253 feux de bâtiment, 21 feux dans les industries, 183 feux de voitures, 84 fuites de gaz et 142 désincarcérations

     

    Si les interventions pompiers varient peu d’années en années, les interventions ambulances croissent de 4 à 6 % par an. C’est environ 1000 interventions en plus par an.

     

    Par ailleurs la formation des pompiers de certains postes s’est considérablement améliorée avec pour conséquence une amélioration drastique de la qualité de nos interventions et du niveau de sécurité des intervenants. Très souvent, des pompiers que je rencontre me disent qu’ils n’ont jamais été aussi bien équipés que ce soit au niveau matériel ou au niveau de leur équipement individuel. Les prestations sont payées conformément aux statuts, ce qui était loin d’être le cas avant le passage en zone. Nous tendons vers une harmonisation des avis de prévention incendie pour les bâtiments et pour les festivités sur le territoire de la zone. Et enfin, ce qui est à mes yeux le plus important, l’organisation des interventions s’est structurée et cela s’améliorera encore siginificativement dans les mois à venir. Cette organisation, notamment par l’envoi des secours de plusieurs postes dès l’appel, améliore de manière incontestable les délais d’intervention et la force de frappe pour aider les personnes en détresse. En effet, avant le passage en zone, trop souvent l’esprit de clocher prenait le dessus et les services voisins n’étaient pas appelés lorsque c’était nécessaire ou alors très tardivement. Aujourd’hui ces forteresses autour des secteurs protégés ont disparu et mieux, la collaboration entre les postes est très appréciée des agents. Chers collègues, vous êtes les seuls responsables de cette bonne collaboration, je vous en félicite et vous en remercie.

     

    J’invite donc les détracteurs à réaliser l’exercice du rétroviseur. Cependant, comme la zone de secours ne cesse de se remettre en question, elle est évidemment ouverte au débat et aux propositions d’améliorations. Quiconque souhaite formuler des propositions est le bienvenu. La zone de secours adaptera ses fonctionnements si les propositions formulées améliorent la qualité du service à la population et s’inscrivent dans les balises financières fixées.

     

    En 2018, la zone de secours sera financée à 56 % par les communes. Il est donc judicieux et essentiel que la zone accroisse les services aux communes. C’est dans cette optique que nous avons créé le logiciel Préviweb, logiciel d’inventaires des risques sur les communes.

     

    Préviweb a été crée pour aider les communes à recenser les risques sur les territoires. Je remercie d’ailleurs les fonctionnaires planu qui nous ont fortement aidé dans la mise en place de cet outil qui servira tant aux exploitants, qu’aux communes et qu’à la zone de secours. Il évoluera encore dans les prochains mois avec notamment le recensement des ressources en eau sur le territoire complet de la zone.

     

    Trop d’incendies importants voire même parfois humainement tragiques surviennent car les mesures de prévention à domicile élémentaires ne sont pas appliquées. Je pense notamment à la pose de détecteurs de fumées. Nous aspirons à aider les communes à sensibiliser les citoyens aux risques d’incendie afin d’éviter de nouveaux drames.

     

    Enfin, la zone de secours a pour projet d’aider les communes dans l’élaboration des règlements communaux en matière de prévention incendie afin que les normes soient équivalentes sur tout le territoire et que le niveau de sécurité des établissements soit acceptable. Je pense notamment aux logements multiples. Par nos nombreuses visites de terrain, nous constatons beaucoup de situations problématiques. Nous devons donc être un partenaire fort des communes dans la lutte contre l’exploitation au niveau des logements. Il est de notre devoir d’alerter les autorités communales de situations dangereuses pour les occupants de logements et de les aider à trouver des solutions durables aux difficultés rencontrées.

     

    2018 sera également importante pour les agents de la zone. Comme dit juste avant, le plan d’optimalisation continuera son déploiement. Une quarantaine de pompiers volontaires seront prochainement engagés. Des nouveaux agents professionnels seront également intégrés au sein de la zone, 14 pompiers professionnels, 6 opérateurs pour le dispatching, 6 agents administratifs et techniques. Ces engagements s’inscrivent dans les perspectives budgétaires décidées par le conseil de zone en décembre 2015.

     

    2018 sera également très importante pour la carrière de nombreux d’entre vous. En effet, une campagne de promotion initée au début de l’année dernière portera très prochainement ses effets.

    Des caporaux, des sergents et des adjudants tant volontaires que professionnels seront promus.

    C’est une étape importante pour l’organisation de la zone de secours. Les promus apporteront un souffle nouveau à l’organisation zonale et j’en suis convaincu, réussiront le challenge qui s’offrent à eux. Je souhaite d’avance bonne chance aux futurs promus et formule le vœu que leurs actions participeront activement au développement positif de la zone.

    Leur nouvelle fonction apportera indéniablement un plus au niveau des interventions évidemment mais il est  inévitable et indispensable que les nouveaux promus s’investissent également dans la formation par une participation active. Elle est indispensable à la qualité et à la sécurité de nos missions.

     

    Pour qu’elle soit efficiente, la formation doit correspondre aux réels besoins du terrain. Depuis 2015, l’organisation de la formation n’a pas été simple pour diverses raisons dont notamment les nouvelles exigences réglementaires telles que l’obligation de suivre la formation continuée à l’Ecole du feu.

     

    L’école dispose d’infrastructures performantes pour des formations spécifiques. Cependant, d’autres formations qui sont organisées à l’école pourraient l’être, et de manière aussi qualitative, dans les casernes, ce qui éviterait de nombreux déplacements des agents. J’ai déjà fait part de cette volonté auprès des responsables de l’école qui n’y sont pas réfractaires à la stricte condition que le niveau de qualité des formations soit au moins équivalent. Je suis convaincu que nous sommes en mesure d’atteindre ce niveau avec nos formateurs et les infrastructures locales.

    Par ailleurs, dans le courant de l’année, nous allons établir un programme de recyclage au sein des casernes qui répond également aux nécessités du terrain et qui puisse faire l’objet d’une formation permanente de qualité.

     

    Si nous parvenons à adapter pour partie l’organisation de la formation, elle permettra aux pompiers volontaires de mieux s’organiser et de tendre vers un meilleur équilibre entre vie de famille, vie professionnelle et engagement en tant que pompiers volontaires. La perception de certains est parfois que les pompiers volontaires sont les oubliés de la zone. Ce n’est absolument pas le cas. La zone de secours tient énormément à ses pompiers volontaires. Nous devons toutefois nous adapter aux exigences légales dont notamment la loi sur le temps de travail et l’arrêté royal formation. Nous ne pouvons cependant nous permettre de ne pas tenir compte des spécificités liées au volontariat et des attentes légitimes des pompiers volontaires. Je citerais en exemple l’attente d’une adaptation du règlement « masse d’habillement ». Nous veillerons à l’adapter pour fournir l’équipement suffisant à ceux qui aujourd’hui sont pénalisés par le système à points qui n’est pas forcément efficace pour tous. Ce règlement fera d’ailleurs prochainement l’objet d’une évaluation avec les représentants du personnel.

     

    Accomplir nos missions en toute sécurité et en préservant notre santé est essentiel d’autant plus dans notre métier. L'exécution de la politique de bien-être est du ressort de la ligne hiérarchique. L’engouement et la motivation des nouveaux promus est nécessaire et honorable pour qu’ils puissent assumer pleinement leurs nouvelles responsabilités. Toutefois, la prudence est de rigueur, les risques sont toujours présents et il est impératif d’éviter les accidents. La fougue de la jeunesse est bonne pour le dynamisme de la zone mais elle ne peut en aucun préjudicier le niveau de sécurité et la santé des intervenants. Je compte d’ailleurs sur tous les membres de la ligne hiérarchique pour sensibiliser le personnel aux risques liés à notre métier notamment en ce qui concerne le risque de cancer chez les pompiers.

     

    Les propos tenus ce soir démontrent que nous avançons en nous efforçant de tenir une ligne de conduite cohérente qui a pour objectifs d’améliorer le service à la population tout en favorisant le bien-être des agents et en maîtrisant les coûts. Cependant, le travail est loin d’être achevé et tout n’est pas rose. Je suis conscient que la marge de progression est encore importante. Et c’est en équipe que nous arriverons à rendre la zone de secours de Wallonie picarde exemplaire.

     

    Avant de passer la parole à Monsieur le Président Paul-Olivier Delannois que je remercie pour sa confiance mais surtout pour son engagement inépuisable pour notre zone de secours, je vous réitère ainsi qu’à vos proches tous mes vœux de bonheur pour cette année et souhaite que chacun d’entre vous puisse accomplir les projets les plus fous et qui lui tiennent à cœur.

     

    Bonne année à tous et meilleurs vœux de santé et de bonheur.

     

    DSC_4712 copie.jpg

     

    Discours de Paul-Olivier Delannois

    DSC_4709 copie.jpg

     

    Mesdames,

    Messieurs,

     

    Qu’il me soit permis, au nom du Conseil de la Zone de Secours, de vous présenter mes meilleurs vœux de bonheur, de paix et de santé à vous et à vos proches.

    Comme je le dis fréquemment lors de ce genre de cérémonie, nous ne connaissons pas notre bonheur lorsque nous avons la chance de disposer d’une bonne santé.

    Cependant, chacun acquiesce dans son coin mais souvent, à la seconde qui suit, nous sommes déjà passés à autre chose. Nous sommes pratiquement tous les mêmes et nous goûtons rarement au moment présent.

    Puisse cette année 2018 nous le rappeler fréquemment.

    Croquer la vie à pleines dents, jouir des instants de bonheur sont autant de vœux que je vous formule à tous.

    La mort d’Alfred GADENNE doit nous le rappeler chaque jour, lui qui, le matin même de son décès, était en nos murs, au Collège de la Zone de Secours.

    Sa mort revêt une symbolique extraordinaire et les circonstances de son décès nous invitent à réfléchir sur la richesse de la vie.

    Au niveau de la Zone de Secours, je suis un président heureux.

    DSC_4713 copie.jpg

    Je sais que le travail pour réussir cette fusion ne fait que commencer ; j’ai conscience que ce qu’il reste à réaliser est colossal mais j’ai ce qu’il faut pour y arriver.

    Ce qu’il faut pour y arriver se résume en fait à peu de mots, à un seul mot : confiance.

    J’ai effectivement confiance en ces femmes et hommes qui constituent notre zone. Vous aurez remarqué que je ne parle pas des pompiers, des ambulanciers ; je ne parle pas des professionnels, des volontaires ou des administratifs qui travaillent à Marquain ou ailleurs, de politiques, d’entités rurales ou des grosses villes mais bien d’hommes et de femmes qui font en sorte de la faire fonctionner.

    Cependant, ne pensez pas que, subitement, je sois devenu gâteux et que je m’imagine d’un coup que tout va très bien, Madame la Marquise.

    Mais ici, je peux lui garantir à Madame que la jument grise n’est pas morte dans l’incendie du château.

    En effet, si j’ai confiance, c’est qu’en grande partie, la Zone est constituée de femmes et d’hommes qui veulent relever ce défi. Si j’ai confiance, c’est qu’à la barre, il y a un homme et une équipe qui savent où on va, pourquoi on y va et comment on y va.

    Je vous avais annoncé précédemment des zones de turbulence cette année mais vous ne devez pas trop vous inquiéter, ce sont des éléments cycliques.

    Je ne suis pas Madame Soleil, je n’ai aucun talent de mentaliste mais je peux constater que tous les six ans, ces zones de turbulence refont surface. Je me suis donc tourné vers la médecine pour essayer de comprendre et de soigner le mal et internet peut parfois faire des miracles.

    J’ai donc interrogé Hippocrate, ce philosophe grec considéré comme le père de la médecine et je lui ai fait part de ce que je constatais à savoir, des symptômes de fièvre systématique à intervalle régulier de six ans teintés parfois de mauvaise foi, parfois de méconnaissance, parfois de mémoire sélective, plus grave d’absence de mémoire ou alors de mémoire surnaturelle qui consiste à signaler qu’on a dit des choses en un endroit où on ne s’est jamais rendu physiquement.

    DSC_4714 copie.jpg

    Ayant emmagasiné tous ces symptômes dans l’ordinateur, j’attendais impatiemment la réponse avec une certaine angoisse mais tel Gérard DARMON, Hippocrate m’a répondu de façon non hypocrite.

    « Monsieur le Président de Zone, j’ai bien analysé vos différents cas pathologiques et je suis heureux de vous annoncer que tout ceci n’est pas bien grave. N’oubliez jamais que la Grèce dont je suis un ressortissant est le berceau de la démocratie et ce dont vous me faites état est aussi vieux que notre système de gestion de la cité. Vous avez affaire à un cas bien précis mieux connu sous le nom d’ENTONOS EKLOGIKISMOS.

    Cette pathologie n’a besoin d’aucun remède, il suffit simplement d’attendre, de faire le gros dos, de prendre patience et tout revient ensuite comme avant. Ah oui, j’avais oublié de vous traduire le terme grec d’Entomos Eklogikismos, il s’agit tout simplement d’électoralisme aigu.

     

    Mesdames,

    Messieurs,

     

    J’ai savouré intérieurement que dernièrement des entités voisines à notre zone souhaitaient nous rejoindre. Que les choses soient claires, à l’heure actuelle, aucune demande ne m’a été formulée et seul un avis organisationnel et opérationnel m’importera pour le futur. Mais avouez quand même que si nul n’est prophète en son pays, on peut s’imaginer que ces entités ne lorgnent pas vers nous pour le beau costume du commandant ou la nouvelle cravate du président. J’ai la faiblesse de croire que la ligne directrice donnée par le commandant et encouragée par le Conseil de Zone ne laisse pas indifférents nos voisins.

    Cependant, malgré le beau costume du commandant et ma superbe cravate, nous ne sommes pas dupes ni lui ni moi.

    Nous pouvons encore améliorer le fonctionnement de la zone et nous allons continuer à nous atteler avec la très grande majorité des collaborateurs. Je pense que nous devons tous tirer l’embarcation dans le même sens et si tel n’est pas le cas, celles et ceux qui n’en ont pas la volonté peuvent toujours aller exercer leur talent ailleurs.

    Je souhaiterais qu’à l’avenir, nous portons nos efforts sur la connaissance des uns et des autres en interne. La zone géographique de notre zone est importante et le travailleur de Comines doit connaître celui de Beloeil ou de Tournai. Le pompier doit savoir ce que fait l’administration à Marquain et les administratifs doivent connaître le quotidien du pompier mais avant de savoir qui fait quoi et il est parfois important pour les uns et les autres de se connaître. Se connaître dans un premier temps pour ensuite s’apprécier.

    Connaître le quotidien des uns et des autres, les difficultés et les joies qu’ils rencontrent, à tout niveau que ce soit, permet souvent de réaliser des miracles.

    Commandant, nous devrons plancher, à l’avenir, pour pouvoir permettre ces moments privilégiés.

    Intégrer l’humain, c’est un retour gagnant sur l’investissement.

    Si nous devons réaliser ce travail en interne, je pense que je dois également en réaliser un autre au niveau politique.

    Je ne suis pas toujours tendre avec les différents bourgmestres de la zone mais à ma décharge, je fais fonctionner cette zone comme la loi m’indique de le faire.

    Cependant, qui peut le plus peut le moins et je vais ici, une fois n’est pas coutume, prendre la défense de ces bourgmestres.

    Défendre la zone de secours, c’est avoir une stratégie de sécurité sur l’ensemble du territoire de Wallonie picarde et lorsqu’une décision est prise au sein de notre assemblée, il est parfois difficile pour un bourgmestre de retourner sur sa commune parler de stratégie du territoire face à des conseillers de la majorité ou de l’opposition qui ne regardent que la frontière de leur entité.

    A leur décharge, ces mêmes conseillers ne disposent pas toujours de toutes les informations utiles pour leur compréhension.

    Aussi, il est dans mes intentions de faire plus que ce que la loi me demande et j’ai décidé que prochainement, j’inviterai l’ensemble des conseillers communaux de Wallonie picarde à participer à une réunion d’information. Il est évident, par exemple, que lorsque la zone prend une décision concernant une caserne à un endroit x, cela concerne l’ensemble de la zone que l’on habite Comines, Antoing ou Péruwelz.

    En faisant ceci, qui ne se fait nulle part ailleurs, nous prouverons que nous n’avons rien à cacher, que nos choix sont réfléchis et pertinents.

    Nous pourrons aussi prouver qu’une seule volonté nous anime et que notre objectif est commun pour l’ensemble des habitants de la Wallonie picarde à savoir, lui assurer au mieux sa sécurité, une sécurité maximale à prix garanti.

    Mesdames,

    Messieurs,

     

    Je ne sais de quoi mon avenir politique sera fait étant donné les prochaines élections qui se profilent.

    Sachez néanmoins que le principal réside dans le fait que vous ayez en interne ce qu’il vous faut pour réussir.

    La plus grande richesse ne se mesure pas en clé de répartition.

    La plus grande richesse, elle est en vous-même.

    Faites-en bon usage pour en faire bénéficier le maximum de concitoyens qui attendent toujours énormément de vous mais qui vous le rendent bien également car aux yeux des concitoyens, être pompier et travailler pour la Zone de Secours vous octroie un capital de sympathie énorme auprès de la population.

    Sachez vous en montrer dignes et relevons ensemble tous les défis.

     

    Remise des décorations et des médailles

    DSC_4715 copie.jpg

    DSC_4716 copie.jpg

    DSC_4717 copie.jpg

    DSC_4718 copie.jpg

    DSC_4719 copie.jpg

    DSC_4720 copie.jpg

    DSC_4721 copie.jpg

    DSC_4722 copie.jpg

    DSC_4723 copie.jpg

    DSC_4724 copie.jpg

    DSC_4725 copie.jpg

    DSC_4726 copie.jpg

    DSC_4727 copie.jpg

    DSC_4728 copie.jpg

    DSC_4729 copie.jpg

    DSC_4730 copie.jpg

    DSC_4731 copie.jpg

    DSC_4732 copie.jpg

    DSC_4734 copie.jpg

    DSC_4735 copie.jpg

    DSC_4736 copie 2.jpg

    DSC_4737 copie.jpg

    DSC_4738 copie.jpg

    DSC_4739 copie.jpg

    DSC_4744 copie.jpg

     

    Durant le verre de l'amitié

     

    DSC_4745 copie.jpg

    DSC_4746 copie.jpg

    DSC_4747 copie.jpg

    DSC_4748 copie.jpg

    DSC_4749 copie.jpg

    DSC_4750 copie 2.jpg

     

     

     

     

  • IRM DE CE JEUDI 18.01

    Prévisions pour aujourd'hui et cette nuit

    Aujourd'hui jeudi, temps très venteux ce matin avec des vents forts de sud-ouest, virant ensuite à l'ouest. Le long du littoral vents tempétueux. Rafales de 90 à 105 km/h, voire par endroits légèrement supérieures. Les vents les plus forts toucheront la région côtière, le nord du pays et les hauts plateaux du nord de l'Ardenne. Le vent diminuera l'après-midi. La zone de pluie active qui a traversé notre pays cette nuit, s'attardera encore temporairement sur l'Ardenne avant de quitter définitivement notre territoire par l'est. A l'arrière, la nébulosité sera plus variable et le temps temporairement plus sec. De nouvelles averses se développeront ensuite en cours de journée avec possibilité d'un coup de tonnerre et éventuellement de grésil. Maxima observés le matin, entre 4 et 7 degrés en Ardenne et entre 8 et 11 degrés dans les autres régions. 


    Ce soir et la nuit prochaine, nébulosité variable avec des averses parfois hivernales. Chutes de neige sur les hauts plateaux de l'Ardenne. Retour d'un temps plus sec en fin de nuit avec davantage d'éclaircies. Minima de +1 à -2 degrés dans l'intérieur du pays et proches de +3 degrés le long du littoral. Vent modéré d'ouest, revenant ensuite au sud-ouest, le long du littoral encore parfois assez fort. 

  • La pensée du jour

    La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents. Gandhi