HISTOIRE

  • 2016.04.27-TOURNAI - SECRETS DEVOILES DANS LE SOUS-SOL DE LA CATHEDRALE

    L'Office du Tourisme propose des visites guidées de l’exposition « La Cathédrale de Tournai à choeur ouvert » ainsi que du site des fouilles dans le bas-côté nord de la nef chaque week-end ainsi qu’à certain dates en dehors des week-ends.

    DSC_2366.JPG

    DSC_2352.JPG

    DSC_2293.JPG

                                                                                  Photos copyright - Ville de Tournai)

    Que renferme le sous-sol de la cathédrale Notre-Dame de Tournai  fière de son classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO ? Des secrets qui nous sont enfin livrés.

    En effet, grâce à la campagne de fouilles menée de 1996 à 2010 par le professeur Raymond Brulet (UCL) et son équipe, nous savons maintenant que l’actuelle cathédrale n’est pas le seul édifice religieux qui a existé à son emplacement. Des témoins du temps jadis mis au jour autour de l’édifice nous informent quant à eux sur les artisanats et la vie quotidienne de la population établie à Tournai jusqu’à la construction de l’actuelle cathédrale ; ceux des deux sépultures épiscopales de l’An Mil restituent le contexte social et religieux de l’époque.

    Envie d’en savoir un peu plus sur les édifices d’avant la cathédrale actuelle, sur la façon de vivre des habitants de la cité au premier millénaire, de la ville romaine à la ville médiévale, sur les évènements qui, durant plusieurs siècles, ont fait l’histoire de Tournai et celle de sa cathédrale?

    Pour cela, inscrivez-vous par téléphone (069/22 20 45) à l’une des prochaines visites guidées proposées par l’Office du Tourisme jusqu’au 28 août chaque samedi et dimanche à 15h30, exception faite du dimanche 1er mai, pour découvrir l’exposition « La Cathédrale de Tournai à chœur ouvert » présentée dans la salle WI FI et la cave médiévale de l’Office du Tourisme. Vous vous rendrez ensuite sur le site des fouilles dans le bas-côté nord de la nef de l’édifice dont l’accès n’est réservé qu’aux visiteurs accompagnés d’un guide. Aux dates programmées les week-ends s’ajoutent le jeudi 5 mai (Ascension) et le lundi 15 août (Assomption).

    Le prix de la visite guidée est fixé à 7€ pour les adultes, et à 5€ pour les étudiants et les seniors. Elle est gratuite pour les enfants de moins de 12 ans. 

    Pour des raisons de sécurité, les visiteurs étant amenés à surplomber le site des fouilles via une passerelle, le nombre des participants à chaque visite guidée proposée par l’Office du Tourisme est limité à 15 personnes.

     

  • 2015-07-21-PECQ – CELEBRATION DE LA FÊTE NATIONALE

    2015-07-21-PECQ A FÊTE LE 21 JUILLET

     Comme un peu partout en Belgique, l’entité de Pecq n’a pas dérogé à la coutume. Depuis le 27 mai 1890, est commémoré le serment prêté, le 21juillet1831 par Léopold de Saxe-Cobourg, premier roi des Belges, de rester fidèle à la Constitution .

     

     

    DSC_4932.JPG

    DSC_4934.JPG

    La journée a commencé par la célébration de la messe en l’église Saint Martin par le doyen Ruelle à l’issue de laquelle, la Brabançonne a été interprétée a cappella par l’assistance, peu nombreuse faut-il le dire. S’ensuivit   l’hommage au monument durant lequel René Smette 1er échevin, a prononcé le discours de circonstance que nous reprenons ci-dessous à l’attention de ceux qui n’ont pas eu la possibilité d’assister à la cérémonie :

     

    DSC_4937.JPG

     « Mesdames, Messieurs, chers amis,

     

    Permettez-moi tout d'abord d'excuser Mesdames les Echevines Agnès Vandendriessche et Sophie Pollet, ainsi que notre Bourgmestre, M. Marc D'Haene, qui ne peuvent être des nôtres aujourd'hui, raison pour laquelle il me revient cette année encore le plaisir de vous livrer quelques réflexions sur ce jour de fête nationale.

    Du côté de Waterloo, on a commémoré le deux-centième anniversaire d'une bataille entre les peuples, bataille qui ne fut pourtant qu'une immense boucherie, faisant des dizaines de milliers de morts, de blessés, d'éclopés.
    Mais cette bataille reste importante pour nous, puisqu'elle décida de l'avenir de notre pays, passé pour 15 ans sous domination hollandaise, puis libéré par les patriotes belges lors des journées de septembre 1830.

    le 21 juillet 1831 est le jour où le Prince Léopold de Saxe Cobourg prêtait serment pour devenir Léopold 1er , Roi des Belges, tâche aujourd'hui assumée par son descendant, notre roi Philippe.


    Il devenait le souverain d'un pays qui s'était en même temps doté d'un recueil de lois, d'une Constitution, qui devait permettre à un gouvernement de le diriger.
    Quand il n'y a pas de lois dans un pays, c'est l'anarchie, et donc on ne légifère pas pour le plaisir, mais pour que le pays soit gouvernable, pour donner aux citoyens des lois, des directives, censées leur rendre la vie plus facile, mais aussi pour les réunir, pour leur apprendre à vivre tous ensemble, en suivant les mêmes règles.
    « L'union fait la force », c'est notre devise, « tous les Belges sont égaux devant la loi », c'est l'article 10 de notre Constitution.

    Notre pays est passé au travers de 2 guerres mondiales, il a évolué, les gouvernants ont légiféré à de nombreuses reprises pour modifier cette constitution, pour, en théorie, rendre la vie plus facile, plus simple aux citoyens, et puis d'aucuns ont insisté pour qu'on régionalise, pour que chacun, au nord, au centre, au sud ou à l'est, puisse se diriger à sa façon.

    Les arbres et les sentiers de la Forêt de Soignes ne connaissent pas les frontières linguistiques, mais le promeneur qui veut la parcourir change de règlement (régional) tous les 200 mètres.


    Les routes et les véhicules ne connaissent pas les frontières linguistiques, mais demain, il faudra changer de conduite et de réglementation en passant à travers un fil invisible.

    Demain, les conditions d'attribution des allocations familiales ou les montants dévolus pourront être différents selon que l'on habite au nord ou au sud.
    La vie sera-t-elle devenue plus simple, est-ce cela qui va nous réunir pour être plus forts, est-ce cela qui nous rendra tous égaux devant la loi ?

    A titre personnel, il me semble que la nouvelle devise de la Belgique pourrait devenir rapidement :
    « Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?! »

    Si je pense que nos gouvernants ne sont pas occupés à nous rendre la vie plus facile en multipliant les lois, il n'en reste pas moins que quand elles existent, il faut les respecter, même si on ne les trouve pas bonnes.


    Et je voudrais profiter de cette occasion pour fustiger les citoyens qui ne veulent plus cultiver le « vivre ensemble », qui ne veulent plus respecter LA loi, mais respecter LEUR loi, très personnelle.
    Quand ils prennent nos routes pour des champs de courses, nos sentiers pour des dépotoirs, quand ils saccagent des plantations ou des aménagements coûteux juste pour le plaisir, quand ils ne respectent plus rien, ni leurs voisins, ni les institutions, ni aucune règle, ils sont inciviques et hors-la-loi.


    Pour apprendre comment se comporter dans la vie et au milieu des autres, pour comprendre ce qu'est la citoyenneté, le vivre ensemble, notre jeunesse a besoin d'exemples, et ce n'est pas cette frange de la population aux comportements inadmissibles qui va le leur apprendre.

     

    Il y a aujourd'hui devant moi bon nombre de gens mûrs, de pensionnés, et quelques enfants, mais à de rares exceptions près, peu de parents en âge d'éduquer ces enfants, c'est pourtant à eux que revient la tâche de les éduquer, de leur donner conscience que ces enfants, qui se battent parfois dans les cours d'écoles pour des broutilles, devront apprendre demain à vivre ensemble, sans se quereller et se déchirer pour des broutilles d'un autre genre.

     

    Mais ne nous quittons pas sur une note discordante ou pessimiste, c'est aujourd'hui notre fête nationale, nous allons donc maintenant nous recueillir devant ce monument érigé en l'honneur de patriotes qui n'ont pas hésité à donner leur vie pour ce pays, avant de chanter tous ensemble notre hymne national, la Brabançonne, et comme on m'a annoncé que la musique ferait défaut, ce sera donc « a cappella » !

    Vive la Belgique et vive le Roi !"

     

     

    DSC_4939.JPG

    DSC_4940.JPG

    DSC_4941.JPG

    DSC_4942.JPG

    DSC_4943.JPG

    DSC_4948.JPG

    Laurent Jorion dans sa 97ème année

     

     

     Comme il est d’usage, tout ce petit monde se dirigea vers la salle des mariages afin de prendre le verre de l’amitié.

     

  • 2014-12-31-PECQ-DISSOLUTION DE LA FONDATION CULTURELLE CH.DEKOSTER

     

    2014-12-31-PECQ- DISSOLUTION DE LA FONDATION    

    CULTURELLE CHARLES DEKOSTER

    Contacté par les membres de la Fondation culturelle Charles Dekoster Pecq, Jules Jooris a tenu à porter à la connaissance des habitants de la commune que ladite Fondation a été dissoute volontairement à la date du 1er décembre 2014.

     Vous pouvez prendre entière connaissance de l’histoire ou mieux la vie des 25 riches années, uniques et parfois difficiles.

     

    Voir ci-dessous la suite de la note

     

     

    Lire la suite

  • 2013-11-15- COMMEMORATION DU 10e ANNIVERSAIRE DE LA GUERRE 14-18

     

    2013-11-15- PECQ - COMMEMORATION DU 10e ANNIVERSAIRE DE LA GUERRE 14-18 

    numérisation0003.jpg

    rations futures 1914-1918.

    Mémoires écrites recueillies par Jules Jooris.

    Fondation cultureelle Charles Dekoster Pecq - novembre 2013

    numérisation0004.jpgnumérisation0005.jpgpourront être achetés aux adreses suvantes:

     

    numérisation0006.jpg

     

    G.Vandenberghe-Romant.

  • 2013-09-07 – OBIGIES -JOURNEES DU PATRIMOINE

     

    2013-09-07 – OBIGIES -JOURNEES DU PATRIMOINE

     

     

    DSC_0524 copie.jpg

     

     

    La ferme de Barbissart a attiré beaucoup de monde en cette journée du patrimoine. Située à Obigies à la limite de la rue qui porte son nom, mitoyenne avec la rue Dormont sur le territoire de Kain, elle date de 1728. Un énorme bâtiment l’entoure, lequel a été conservé dans un état impeccable par son propriétaire Gérard Desmons.

    Lire la suite

  • OBIGIES - JOURNEES DU PATRIMOINE

    2013-9-07- OBIGIES - UNE FERME ANCIENNE: BARBISSART

     

    Lors de la journée du patrimoine, la ferme de Barbissart à Obigies ouvrira ses portes au public ce samedi 7 septembre à 15h. RESERVATION OBLIGATOIRE (maximum 30 personnes) en téléphonant à la Maison de Léaucourt au 069/580613 (du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00).


    Il reste une dizaine de places.

    Afin que les personnes présentes comprennent mieux les enseignements qui leur seront présentés, nous leur en donnons ci-dessous quelques-uns qui pourront les aider

    Lire la suite

  • 2013-07-21 – BELGIQUE : QUE REPRESENTE LE 21 JUILLET

    A l'occasion de notre fête nationale, René Smette, 1er échevin a prononcé le discours en lieu et place du bourgmestre, retenu à Bruxelles pour un mariage dans sa famille.

    Lire la suite

  • LEPROSERIE d’ABOU ZAABAL

     La Fondation Follereau et son œuvre humanitaire

     

     

    Chantiers Raoul Follereau copie.jpg

     

    Action Damien s'appelait auparavant « la Fondation Damien ». Elle existe depuis 1964. Chaque année, Action Damien demande et reçoit de l’argent pour soigner des malades.

    Lire la suite

  • CREATION D'ABOU ZAABAL

    Une photo prise le 19 novembre 1962.

     

    TOURNAI - PRaoul_Freres copie 2.jpg

     

    On y voit la communauté de l'époque dans la salle commune des Frères (qui est maintenant le studio des profs!), communauté réunie autour de Raoul & Madeleine Follereau, à l'occasion de la première visite à Tournai de "Papa Raoul". 

    Assis à gauche: Frère MELAIR-LOUIS (?), directeur; assis à droite: frère MARY-GERARD (Gérard Uters) futur fondateur et directeur de la section secondaire ;

    Debouts: Frère Michel (?), frère MARIE-VALENTIN (Oscar Noï), frère MAXENCE (Gaston Dury) futur directeur de la section fondamentale, frère x? (?), frère MICHEL (René Henrion) initiateur de la Fondateur Follereau et premier directeur des "Amis du Père Damien" en 1964, frère inspecteur (Clément Gustin), frère MARC (Antoine Bourguignon).

    Pour plus de détails voir ci-dessous