FLEURS

  • 2015-05-03-OBIGIES - SUCCES MITIGE POUR LE GERANIUM

     

    2015-05-03-OBIGIES – TEMPS PLUTOT MAUSSADE POUR FETER LE GERANIUM

    DSC_4157.JPG

    Le temps n’incitait pas à la promenade mais, malgré cela, ce 3 mai, Obigies a échappé à la morosité ambiante et a réussi à maintenir sa fête du géranium et ses portes ouvertes à la ferme du Clocher se riant des quelques gouttes, vite oubliées. On peut néanmoins regretter la baisse du thermomètre mais, comme nous disait l’un des responsables « Du moment qu’il ne pleut pas … »

    Tout s’est donc bien passé, même si l’on n’a pas connu la foule des années antérieures. A l’intérieur de l’église, toujours sacralisée, les exposants ont malheureusement dû se contenter d’une température quasi-hivernale, ce qui n’incitait pas les visiteurs à y stationner longuement.

     

     

    DSC_4208.JPG

    DSC_4209.JPG

    DSC_4211.JPG

    DSC_4212.JPG

    DSC_4213.JPG

    DSC_4214.JPG

    DSC_4215.JPG

    DSC_4216.JPG

    DSC_4217.JPG

     

    Par contre,  la Ferme pédagogique a fait florès. Elle  a connu un franc succès C’était la première fois qu’elle ouvrait ses portes au public et, il faut le remarquer, l’ensemble de la ferme respirait la propreté.

     

    DSC_4180.JPG

    DSC_4190.JPG

    DSC_4192.JPG

    DSC_4193.JPG

    DSC_4194.JPG

     

     

    Il est vrai que, la Ferme du Clocher, comme elle se nomme désormais, avait bénéficié de bénévoles que Murielle, par le biais de notre blog, tient à remercier.

     

    DSC_4177.JPG

    DSC_4228.JPG

    DSC_4229.JPG

    DSC_4230.JPG

    DSC_4178.JPG

     

     

    Nous ne reviendrons pas sur les produits de la ferme qu’elle a mis au point et que nous avons présentés dans un précédent article.

     

     

    DSC_4155.JPG

    DSC_4156.JPG

    DSC_4158.JPG

    DSC_4160.JPG

     

    Au niveau des fleurs, rien à redire, chacun a pu trouver ses plantes préférées.

     

     

    DSC_4161.JPG

    DSC_4162.JPG

    DSC_4163.JPG

    DSC_4164.JPG

    DSC_4165.JPG

    DSC_4166.JPG

    DSC_4167.JPG

    DSC_4168.JPG

    DSC_4170.JPG

    DSC_4171.JPG

    DSC_4172.JPG

    DSC_4174.JPG

    DSC_4175.JPG

    DSC_4176.JPG

     

    De même, tout autour de l’église, les chalands ont pu retrouver leurs fournisseurs habituels et les commerçants leur clientèle accoutumée, même un peu plus clairsemée.

     

     

    DSC_4179.JPG

     

    Un nombre impressionnant de tracteurs avait fait le déplacement, du plus obsolète au plus moderne.

     

     

    DSC_4200.JPG

     

    DSC_4205.JPG

    DSC_4206.JPG

    Et, pour combattre le froid, le bar était le bienvenu pour accueillir les plus frileux.

    Quant à la calèche, tirée par des chevaux de trait, elle a fait le plein !

     

     

    DSC_4154.JPG

    DSC_4184.JPG

    DSC_4185.JPG

    DSC_4198.JPG

    DSC_4199.JPG

    DSC_4203.JPG

     

     

    DSC_4204.JPG

     

    Les promeneurs.

     

    DSC_4202.JPG

    DSC_4197.JPG

    DSC_4186.JPG

    DSC_4187.JPG

    DSC_4230.JPG

    DSC_4231.JPG

    DSC_4232.JPG

     Jeux pour enfants

     

    DSC_4196.JPG

    DSC_4207.JPG

     

    Bref, la fête du géranium 2015, même si elle ne restera pas comme un souvenir impérissable, n’a pas déçu, loin de là.

     

     

     

     

  • 2013 - UN 1er MAI INHABITUEL

    Tout ce qui est rare est cher

     

    2013-05-01 muguet.jpg

     

     

    Habituellement, la période du muguet ouvre le joli mois de mai. Joli, ce sera peut-être vrai mais, cette année, c'est trop tard pour nos petites clochettes! Malheureusement, en effet,  le proverbe "En avril, ne te découvres pas d'un fil" fut cette année d'une profonde vérité, si bien que nos clochettes n'ont pas pu s'ouvrir, sauf, bien sûr, dans le cas où le propriétaire possède une serre chauffée. La plupart d'entre nous n'ont malheureusement pas la possibilité de se la procurer. C'est le cas de Patricia Glorieux et de son mari de Pecq qui cultivent cette fleur sous une simple toile qui n'arrive pas à garder la chaleur (!) de la journée. Jusqu'à présent, durant les autres années, cette culture était rentable mais,  aujourd'hui, il s'agit d'une véritable catastrophe. Il faut savoir que les époux cultivent près de 700.000 racines de muguet. Quand pourront-ils vendre leur production à des fleuristes  pour des compositions florales ? De toutes façons, ils subiront une perte de plusieurs milliers d'euros ! 

    Que sera avril 2014? Impossible de le prévoir. Aussi, peut-être, Patricia songera-t-elle à revoir sa façon de le cultiver.