FAITS DIVERS

  • 2013-09-14- DEUX ŒUVRES VICTIMES DE LA CENSURE

    OBIGIES – ISSY LES MOULINAUX DEUX ARTISTES DONT FERNAND QUINO d’ OBIGIES VICTIMES DE LA CENSURE

     

    Ce samedi 14 septembre, le collectif d'artistes " brussels is NDR GRND" s'insurge contre l'acte de censure violent dont il a fait l'objet ce samedi 14 septembre à Paris lors de l'Espace Saint Sauveur à Issy les Moulinaux. Les artistes du collectif ont eu la stupéfaction de

    Lire la suite

  • A OBIGIES, L'ON CASSE LES VITRAUX

    2013 OBIGIES – LES BRIS DE VITRAUX CONTINUENT

     

    DSC_9876 copie.jpg

    2013 OBIGIES – LES BRIS DE VITRAUX CONTINUENT

     

     

     

    Sainte Cécile a perdu deux morceaux de son vitrail par un lancer de cailloux, un autre a reçu plusieurs de ces projectiles. Les petits morceaux de verre ont été récoltés ainsi que les cailloux qui les ont provoqués.

     

    Lorsque l’on fait le tour de l’église d’Obigies, les yeux tournés vers le haut, l’on s’aperçoit que la grosse majorité des vitraux ont été abîmés par des lancers de cailloux au fil du temps. Il s‘agit souvent de quelque trous par-ci par-là . Par contre, l’un de ceux-ci avait été littéralement détérioré. Il avait fallu protéger les restes à l’aide du placement d’une glace spéciale.

    Durant le week-end dernier, des enfants se sont malheureusement avisés de lancer des cailloux dans quelques-uns dans le but de « s’amuser ». Malheureuse initiative ! Certains de ces enfants sont venus se dénoncer et ont reçu un travail de nettoyage comme punition. D’autres ont préféré se taire jusqu’au moment où leur geste sera connu..

    Qu’arrivera-t-il donc maintenant. Différentes solutions peuvent être envisagées : les parents des enfants connus devront veiller à la réparation soit par leur action personnelle, soit par l’entremise de leur assurance familiale. L’école pourrait intervenir par le biais de l’assurance … De toutes façons, il faudra faire réparer. Peut-être pourrait-on songer à protéger chacun des vitraux. Le coût devrait être évalué et discuté mais l’on éviterait les bris qui continueraient, n’en doutons pas,  à se manifester après la réparation.

     

    Edgar Déplechin