PASCALE ET L'ESPOIR  

 

L’espoir tue

Pascale belle copie 2.jpgL’espoir tue. On dit pourtant que l’espoir fait vivre. Archi-faux. Imaginez que votre conjointe tombe gravement malade. On vous annonce que la tumeur au cerveau est irréversible. Mais gardez espoir, madame ; on a déjà vu des cas de rémission spontanée. Et voilà, c’est dit, le mot est lâché, il va s’insinuer et vous laisser croire que c’est possible. Si vous êtes croyant – et même si vous ne l’êtes pas - vous vous jetez à cœur perdu dans la prière : Mon Dieu, faites que…. alors de deux choses l’une : votre épouse guérit et vous dites – à tort – que vous avez eu bien raison d’espérer. Mais si en revanche, elle s’achemine dans la souffrance vers une mort inéluctable, la douleur n’en sera que plus forte et là, merci l’espoir !

Sans donner dans le dramatique, on peut constater ses ravages dans bien d’autres domaines. Tu dois passer des examens ? Croisons les doigts ! Tu cherches un boulot ? Pourvu que tu en trouves un bien vite ! Tu te maries ? Portons des œufs à Sainte-Claire (c’est comme ça chez nous) pour qu’il fasse beau…à moins qu’avec toute notre prétention d’être humain nous nous adressions encore au Très-Haut : « Faites que je réussisse, que le soleil brille, que je retrouve mes clés… », vive le distributeur du Paradis !

Chaque fois, cet espoir insidieux…Récompensé, vous l’adulez ; déçu, il vous tue. Pessimiste, moi ? Non, au contraire. Ne pas se faire d’illusion, telle est ma devise ; ainsi, je ne serai pas déçue… Enfin, plus facile à dire qu’à faire, car en fait, je joue à ne pas avoir d’espoir, mais il se glisse en moi, je le fais taire, mais il est là, il s’étale même dans mes divagations ou mes rêves : « et si ceci arrivait ou cela, comme ce serait bien… » Si ce n’est pas de l’espoir, ça… ! Enfin, avec l’habitude, on peut peut-être le vaincre. Ne rien vouloir, ne rien souhaiter, c’est peut-être ça, le nirvana…

Bref, rien ne sert d’espérer, il faut mourir à point !

Les commentaires sont fermés.