2013-09-20- TEXTE DE VALERIE NAMOTTE

 2013-09-20-ENCORE UNE REACTION SUR LA CENSURE D'OEUVRES ARTISTIQUES 

Il y a quelques jours, j’ai visité l’exposition « Da vinci, the genius ». Y sont exposées les inventions de Léonard et ses deux œuvres les plus célèbres « la Joconde » et « la dernière Cene » y sont analysées.

Vinci était un inventeur de génie mais à son époque la censure et la toute puissance de l’Eglise et de la noblesse faisaient des ravages.

Le maître a été obligé de se cacher pour faire certaines recherches et ses œuvres sont remplies de symboles cachés qu’il ne pouvait pas étaler aux yeux de tous sous peine de les voir détruites. En sortant de cette exposition, je me suis dis que sans cette mainmise des puissants, ses inventions n’auraient pas été mises au placard pendant 400 ans. Et ses œuvres auraient sûrement été encore plus belles et spectaculaires. • De nos jours, les artistes n’ont plus à s’imposer ces restrictions dues à l’humeur et au bon vouloir des autorités en place. • Quoique… • Ce qui s’est passé samedi dernier est digne du XVeme siècle ou de l’inquisition. Juste quelques heures avant le vernissage de l’exposition « L’Art en effervescence » organisée par le collectif d’artistes Art’Spirine à l’espace Saint-Sauveur à Issy-les Moulineaux, près de Paris, à laquelle est invité le collectif d’artistes bruxellois « Brussels is NDR GRND », un incident que je ne croyais plus possible s’est produit. • Les artistes ayant terminé l’accrochage et la mise en place de leurs œuvres, et alors qu’ils se préparaient pour la soirée d’ouverture, ils ont été prévenus qu’une dame travaillant pour l’espace Saint-Sauveur, loueur des murs, s’était permise de décrocher deux œuvres et de les enfermer dans un lieu sous clé car elle les trouvait choquantes. De sa propre initiative, sans aucune raison valable, juste parce qu’elle n’aimait pas ces deux tableaux… . Les artistes revenus sur place, se sont alors rendu compte qu’une de ces œuvre « Eve » de Fernand Quino avait été abimée par la violence réactionnaire de cette dame. Les artistes ont alors décidé après une assemblée générale de placer leurs œuvres à l’envers en signe de protestation. Malgré tout, et surtout pour ne pas compromettre les efforts de plusieurs mois de préparation les artistes et les organisateurs ont décidé, excepté Fernand Quino bien évidemment, de remettre leurs œuvres en place. L’autre tableau en cause « Frida » de Jeff Damas est lui exposé recouvert d’un drap qui cache ce que la furie déchaînée ne voulait pas voir…. • Ce comportement scandaleux n’est malheureusement pas si rare que cela. Nous assistons de plus en plus souvent à la mise en place d’une pensée unique qui s’efforce de nous empêcher d’avoir accès à des œuvres qui sortent de l’ordinaire. Mais l’art n’est-il pas justement un moyen de bousculer la pensée ? De faire réagir, de provoquer le débat et faire évoluer les mentalités ? La censure n’est jamais acceptable dans un domaine par nature subjectif et qui touche à l’intimité de l’artiste. Personne, quel que soit son niveau de « puissance » ou de « pouvoir », n’a le droit de JUGER une œuvre d’art. Si la critique, la discussion, la contestation sont nécessaires dans le domaine artistique, il ne faut jamais oublier que l’essentiel est de faire preuve de respect envers les artistes et leurs œuvres. Ce qui s’est passé samedi dernier est d’une violence rare. En agissant de la sorte, cette dame s’est conduite comme une intégriste de la pensée unique, comme un dictateur qui soumet les autres à son bon vouloir. Nous assistons à un retour de l’obscurantisme auquel Léonard, Courbet, Dali, Matisse et bien d’autres artistes ont eu à faire face en leurs temps. C’est déplorable et indigne d’une société qui se veut évoluée. • • Valérie Namotte •"

Ce commentaire a été posté par Jeep Novak

Les commentaires sont fermés.